Blog

Blog

Lettre ouverte aux opposants à la réduction de la vitesse à 80km/h

26 avril 2018

Depuis l’annonce par le gouvernement du passage au 80km/h sur l’essentiel de nos routes, je dois vous avouer qu’à titre personnel je me suis beaucoup interrogé sur la pertinence de cette mesure mais aussi sur mon propre comportement au volant.

Régulièrement pour ne pas arriver en retard à une réunion j’avais pris la mauvaise habitude d’appuyer plus que de raison sur l’accélérateur voire parfois de téléphoner en même temps !

J’ai eu récemment dans le cadre de mes fonctions de député l’opportunité d’échanger sur le sujet des accidents de la route avec les forces de l’ordre. S’il est évident que la vitesse n’est qu’un élément accidentogène parmi d’autres, lorsqu’ un gendarme vous raconte le drame que c’est pour lui d’avoir à annoncer à une famille qu’un mari, une épouse ou un enfant est décédé sur la route, il est difficile de rester insensible à ce genre de témoignage.

Quasiment à chaque fois dans les accidents, la vitesse est un facteur aggravant. Une différence de 10km/h peut effectivement entraîner des conséquences énormes en termes de puissance de l’impact !

Alors au-delà de toutes les postures qu’on entend sur cette question, je considère que si cette mesure peut permettre de sauver des vies et de ne pas en briser d’autres, il convient au minimum de l’essayer. Cette expérimentation, qui est destinée à durer deux ans, s’inscrit dans un plan global pour réduire efficacement la mortalité sur nos routes (avec d’autres mesures relatives à l’alcool, au portable, à la protection des piétons et à la récompense des bons conducteurs).

Prenons tous conscience des drames quotidiens que peut causer la voiture et réfléchissons à nos propres comportements sur la route, moi le premier !

Nicolas Turquois
Député de la Vienne

eget venenatis libero suscipit ut Donec sed