Blog

Blog

Tribune sur la situation du Groupement Hospitalier du Nord Vienne

19 mai 2018

En tant que député du Nord Vienne et comme je m’y étais engagé pendant la campagne des législatives, je fais de la situation du Groupement Hospitalier Nord-Vienne et de l’avenir de son personnel ma priorité.

Depuis le début de mon mandat, j’ai eu de nombreux échanges tant avec la direction des différents établissements qu’avec les représentants du personnel et les élus en charge de ce dossier. À la suite de ces discussions j’en arrive à la conclusion que si le déficit financier du GHNV de 7 millions d’euros a des causes multifactorielles (tarification à l’acte, perte d’activité, développement de l’ambulatoire, politique d’investissement, politique de recrutement…) il est indéniable que les organismes de tutelle (ARS Poitou-Charentes, Conseil de surveillance) n’ont pas tiré les alarmes de façon assez forte et assez tôt pour dénoncer des dérives qui se faisaient jour.

Il est à mon sens anormal alors que le CHU de Poitiers est l’un des hôpitaux publics les plus excédentaires en France que le personnel du GHNV soit aujourd’hui la seule variable d’ajustement pour réparer les erreurs de la direction du passé et l’absence de contrôle des autorités de tutelle. C’est pourquoi ce diagnostic étant établi il convient maintenant d’apporter un traitement idoine.

Je propose donc pour ce faire de sortir de la logique concurrentielle entre les différents établissements hospitaliers du département et d’acter au plus tôt de la fusion administrative du GHNV et du CHU de Poitiers. La création de cette nouvelle structure administrative unique permettra non seulement un maintien des hôpitaux existant à Châtellerault et à Loudun mais aussi une mutualisation des moyens en termes de présence de personnel médical et une péréquation solidaire des besoins financiers entre les différents établissements de cette nouvelle structure.

Le meilleur exemple pour illustrer ma proposition est ce qui s’est passé notamment pour l’hôpital de Monmorillon. En effet, il y a quatre ans cet établissement a opéré un rapprochement avec le CHU de Poitiers lui permettant aujourd’hui de programmer des investissements de plusieurs millions d’euros et de faire venir de Poitiers des médecins spécialistes pour y tenir des permanences alors qu’il n’y en avait plus depuis longtemps.

J’invite donc tous les acteurs concernés à se réunir au plus tôt pour échanger et avancer sur cette solution permettant de garantir tout à la fois l’efficacité et la pérennité de l’offre de soin de notre territoire.

Il y a urgence !

Nicolas Turquois
Député de la Vienne

ipsum Sed commodo ut quis, felis leo. suscipit Curabitur